Pages

13ème Congrès de la Société Internationale d'Ethnobiologie

L'Association LUPUNA est heureuse de vous annoncer la participation au  13ème Congrès de la Société Internationale d'Ethnobiologie à Montpellier du 20 au 25 mai 2012.
Un congrès peu conventionnel



Le congrès de la Société Internationale d’Ethnobiologie n’est pas un congrès comme les autres : il se distingue par une participation massive de représentants de peuples autochtones et de communautés locales. Il constitue un moment exceptionnel de rencontres et d’échanges entre ces représentants et tous les acteurs, fussent-ils ou non issus du monde académique, pour débattre de la contribution des savoirs naturalistes locaux à une gestion plus respectueuse des ressources de la planète.

La reconnaissance du rôle central des peuples indigènes dans tous les aspects de la gestion des ressources de notre planète est un principe fondateur de la Société Internationale d’Ethnobiologie (ISE). Soutenir et promouvoir les efforts des peuples autochtones, sociétés traditionnelles et communautés locales en faveur de la conservation des diversités biologique, culturelle et linguistique, a toujours constitué la priorité de l’ISE depuis sa création en 1988.

Le congrès international inaugural qui s’est tenu à Belém (Brésil) en 1988 réunit plus de 600 personnes en provenance de 35 pays et incluant 16 organisations indigènes. Il fut l’occasion d’une concertation pour définir une action visant à freiner la perte drastique de diversité biologique et culturelle de la planète. Il en résultat la Déclaration de Belém, qui pointe la nécessité d’un engagement de la part des chercheurs et des environnementalistes à se faire les porte-paroles des attentes exprimées par les communautés locales, et à élaborer des mécanismes destinés à légitimer les spécialistes indigènes afin qu’ils soient consultés préalablement à toute initiative susceptible d’affecter les ressources et les environnements locaux.

23 ans plus tard, l’ISE poursuit sa vocation à bâtir une plateforme d’échanges constrictifs et empreints de tolérance entre des personnes ayant des points de vue, des cultures et des origines différentes. Le partage transculturel d’idées, de préoccupations et de solutions entre autochtones et non-autochtones, entre représentants des sphères académiques et non-académiques, et les perspectives théoriques et pratiques qu’il implique, exige des rencontres directes régulières. C’est la raison d’être de la tenue d’un congrès international biennal, accueilli en un lieu chaque fois différent. Durant les congrès de l’ISE, les participants sont confrontés à des questions, certes difficiles et épineuses de notre époque, mais toujours stimulantes : cela va des droits de propriété intellectuelle et culturelle au développement endogène et à l’agrobiodiversité, avec le souci d’apporter des contributions majeures aux débats en cours sur la scène internationale.

Une caractéristique fondamentale de l’ISE qui la démarque d’autres sociétés savantes est son Code d’éthique, qui est porté par le souci de promouvoir un respect réciproque et des relations mutuellement profitables entre les divers détenteurs de connaissance. Le Code d’éthique a été adopté par les membres de la société en 2006 au terme de dix années d’élaboration. Il proclame une manière révolutionnaire, courageuse et visionnaire de bâtir ces collaborations et constitue à ce titre une contribution majeure aux initiatives de préservation de la diversité culturelle de l’humanité.

Fort de la tradition qui s’est construite au fil des éditions, le 13ème Congrès de la Société Internationale d’Ethnobiologie qui se tiendra à Montpellier (France), ne sera pas un événement scientifique comme les autres. Ce congrès comportera toute une gamme de formats de sessions qui devraient permettre à toutes les catégories d’acteurs — fussent-ils chercheurs, représentants de peuples indigènes et de communautés locales, représentants d’ONG, conservationnistes, décideurs, étudiants, représentants d’autorités locales, médias, grand public ou autres — de mutualiser leurs savoirs, idées et expériences. Le Congrès a vocation à être un moment interactif, propre à susciter la participation et la communication, et à stimuler la compréhension, la confiance et l’engagement mutuel des participants.